10 choses à changer dans son quotidien pour faire du bien à l’environnement

Vous le savez, l’écologie, c’est ma grande passion (au moins autant que feu Omar Sharif et ses bourrins). Du coup, quand on me dit qu’il est difficile, à notre petit niveau, d’en prendre davantage soin, ça a tendance à m’hérisser sévèrement le poil. Il ne suffit de pas grand chose pour mettre un peu de vert dans sa vie. Et comme on dit, ce sont les petites gouttes qui font les grands océans, ou un truc du genre. Du coup, je vais vous livrer mon top 10 des actions à mettre en place pour que vous deveniez, vous aussi, un véritable acteur du changement. Voire même un vrai super-héros de l’environnement, eh ouais rien que ça !

1 – Arrêter d’utiliser des pailles en plastique

C’est un sujet qui transpire suffisamment dans ce blog et qui ne vous a sans doute pas échappé : je hais littéralement le plastique. En moins de 40 ans, on en a produit suffisamment pour qu’il y en ait potentiellement plus dans les océans que de poissons dans quelques années seulement. Un hérésie totale ! Les pailles sont une parfaite représentation de l’inutilité du plastique : conçues à base de pétrole, ces bâtons souples diaboliques font parfois des centaines de kilomètres avant d’arriver dans notre boisson fraîche estivale ou notre cocktail du vendredi soir. Durée de vie d’une paille ? 10 minutes à tout péter. Impact sur l’environnement ? Au bas mot 400 ans. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Les solutions alternatives existent pourtant : pailles en inox réutilisables, en amidon de maïs, voire même carrément comestibles. De mon côté, je refuse systématiquement les pailles qui me sont proposées, et anticipe même en demandant aux commerçants de ne pas m’en mettre (dans mon verre). Un geste simple accessible à toutes et tous (promis, toi aussi tu peux le faire).

pailles plastique

Un bon résumé de ce qu’est l’enfer

2 – Se déplacer à vélo (autant que possible)

En ville, près de 40% des trajets réalisés en voiture font moins de 3 km. Et quand on sait qu’en cas de trafic perturbé et de difficultés à trouver une place (Spoiler Alert : TOUT LE TEMPS), il faut près de 30 mn pour arriver à destination, on se dit qu’il serait temps de trouver une alternative pour que son quotidien ne rime pas avec crise de nerf assurée. Ce qui est surprenant, c’est que cette solution existe et a même plus d’un siècle. Son nom : le vélocipède (mais vous aviez trouvé, j’en suis certain !). En moyenne, et pour ces 3 mêmes kilomètres, il faudra à un cycliste lambda environ 12 mn pour arriver à bon port. Peinard, sans même transpirer. De quoi définitivement adopter la petite reine et faire d’une pierre deux coups en faisant un peu d’exercice au quotidien.

vélo centre ville

Au loin, un arbre. Une espèce rare sur Lille. Mais le vélo c’est cool !

3 – Utiliser une gourde au lieu d’une bouteille en plastique

L’une des plus grandes arnaques de tous les temps à un nom : les bouteilles d’eau en plastique. Vous trouveriez logique de consommer de l’air en bouteille vous ? Non. Pourtant de l’eau dans une bouteille plastique, c’est du pareil au même. Et il suffit de jeter un oeil sur les bords de nos routes pour se rendre compte du désastre environnemental perpétué par ces bouteilles en plastique. Qui est le « génie » (notez les guillemets) qui a un jour décrété qu’il faudrait payer un prix astronomique (si si) pour consommer quelque chose qui nous est vital ? Qu’on se le dise : l’eau du robinet est, en France, d’excellente qualité, et en aucun cas plus nocive que celle que vous pourriez acheter en bouteille. Il vous suffit de remplir une gourde en inox, disponible un peu partout pour des prix souvent dérisoires, et c’est TOUT. Rien à jeter derrière pour s’être simplement et humainement désaltéré. Du bon sens, donc. Et petite astuce pour celles et ceux qui trouvent que l’eau du robinet a un « goût » : placez votre gourde au réfrigérateur le temps de la refroidir. Je vous garantis que vous ne ferez pas la différence d’avec une eau dite « classique ».

bouteille plastique

Qu’on lui coupe le bras ! MAINTENANT !

4 – Arrêter de jeter vos mégots de cigarette

Non contentes de détruire la santé et la vie de millions de personnes à travers le monde, les cigarettes laissent derrière elles une trace de leur passage presque indélébile sur notre belle planète. Vous voyez évidemment de quoi je veux parler : les mégots de cigarette jetés dans la rue ou en pleine nature ont un impact environnemental très important. Jugez-en par vous même : un mégot jeté dans un cours d’eau peut en contaminer pas moins de 500 litres ! Pas moins de 40% des déchets repêchés dans la mer Méditerranée sont des mégots. Il faut 12 ans à un mégot pour se dégrader totalement. 137 000 mégots sont jetés dans les rues du monde entier chaque SECONDE. De quoi réfléchir avant de commettre un geste qui peut paraître anodin… Alors, comment jeter votre mégot une fois votre cigarette terminée ? C’est simple : procurez-vous une cendrier de poche, que l’on trouve facilement sur Internet, ou placez votre mégot dans une boite vide le temps de trouver une poubelle. Rien de plus facile !

mégot cigarette jet

Une image vaut parfois mieux que de longs discours

5 – Faire ses courses en vrac

C’est un fait : le plastique est un fléau. Et quand je dis plastique, j’entends aussi par là tout ce qui touche aux emballages superflus. Nous en sommes envahis : pas un seul yaourt, pas un seul gâteau, pas un seul paquet de pâtes sans son suremballage de rigueur. Pourtant, l’alternative existe depuis un petit bout de temps et se développe de plus en plus ces dernières années, jusqu’à rencontrer désormais un succès mérité : il s’agit du vrac. En vous munissant des contenants adéquats, vous pouvez prendre l’exacte quantité nécessaire du produit de votre choix, sans produire à côté de ça des déchets souvent non recyclables. Pour aller plus loin, je vous conseille de lire cet article rédigé avec amour : Faire ses courses en vrac – Mes astuces zéro déchet.

6 – Mettre un Stop Pub sur sa boîte aux lettres

2,3 kg en moyenne par personne et par mois : c’est la quantité (hallucinante) de tracts publicitaires reçus dans nos boîtes aux lettres françaises ! Soit une hausse de 15% par rapport à 2004 : une folie quand on connaît les efforts qu’il est impératif de faire pour l’environnement. Peu lues, ces publicités finissent aussi sec dans nos poubelles, ce qui a un coût loin d’être négligeable : on l’estime à environ 200€ pour un foyer constitué de 4 personnes, et ce pour la collecte et l’éventuel tri de ces déchets complètement évitables. En attendant qu’une loi plus répressive se mette en place, je vous propose une solution simple qui permet de faire baisser de plus de 90% la réception de ces prospectus : la mise en place d’un « Stop Pub » sur votre boîte aux lettres. Vous pourrez en fabriquer un avec vos petites mimines très facilement. Il est également possible d’en télécharger un sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire en cliquant ici. Vous pouvez aussi découper le logo ci-dessous, mais ça va vous couter cher et votre ordinateur ne va pas apprécier la manoeuvre.

Y’a plus qu’à scotcher sur ta boîte aux lettres !

7 – Avoir toujours un sac ou un contenant sur soi

Dans la même optique que le vrac pour la réduction des déchets, voici une astuce toute bête à mettre en place et qui peut faire la différence dans de nombreuses situations : avoir un contenant sur soi. Toujours, tout le temps. Croyez moi, vous aurez de nombreuses occasions de le sortir. Certes, il sera plus facile de se balader avec un sac en tissu qu’avec son contenant en verre sous le coude. Toujours est-il que ce sac vous rendra de fiers services à de multiples reprises : dans un magasin pour récolter vos achats (et vous passer du sac systématiquement proposé), pour y mettre vos fruits et légumes fraichement achetés au marché… Bref, vous lui trouverez sans nul doute une utilité !

8 – Faire pipi sous la douche

On commence seulement à le mesurer : l’eau est une denrée rare et souvent surexploitée. Il est donc du devoir de chacun de l’économiser comme il peut. J’ai donc pour ça une astuce toute trouvée, qui en dégoutera peut être certains mais qui n’a pourtant rien de dégradant : celle d’uriner sous la douche. Rassurez-vous, il n’y a absolument rien de sale là dedans ! Et en plus de réaliser des économies (et il n’y en a pas de petites, comme on dit), vous vous abstiendrez d’une chasse d’eau qui en évacue de 3 à 6 litres en moyenne. Astuce bonus : on s’arrête à la petite commission. Vraiment.

Pour savoir ce que fait le monsieur, lis le titre du paragraphe (petit vicieux va)

9 – Faire ses propres produits ménagers

Pour faire des économies, réduire ses déchets et amoindrir son impact environnemental, fabriquer soi même ses produits ménagers se révèle être une excellente solution. Vous vous en doutez sans doute (mais, comme pour la plupart des personnes, vous fermez les yeux là dessus), la grande majorité des produits ménagers industriels contiennent de nombreux produits chimiques nocifs à la fois pour l’environnement et votre santé. Fabriquer ses produits ménagers n’est pas sorcier : la preuve, j’y suis moi même arrivé ! Lessive, produit lave-vaisselle, dentifrice : tout est possible, tout est réalisable. Vous trouverez d’ailleurs prochainement sur ce site quelques recettes afin de vous inspirer dans vos futures créations maison ;).

10 – Limiter ses achats

C’est sans doute le conseil le plus élémentaire que je puisse vous faire, celui qui fera le plus de bien à l’environnement, et bien évidemment à votre porte-monnaie : arrêter d’acheter à tout va ! Limiter sa consommation est une question de bon sens dans une société où le principe d’acheter est bien établi. On pourrait même le résumer ainsi : « j’achète, donc je suis ». Mais tout ce que vous pouvez acheter est-il vraiment ce qui vous défini en tant que personne ? Posez-vous cette simple question avant un acte d’achat : en avez-vous vraiment besoin ? Cet objet, quel qu’il soit, va-t-il vraiment changer votre quotidien et vous rendre durablement heureux ? La plupart du temps, la réponse est non.

Promis, je développe ce point très prochainement et vous parlerai du minimalisme (car c’est de ça qu’il s’agit) dans un futur article. Allez, bisous !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *